Paris accuse Bamako d’entrave à l’action de la Force Barkhane

Par Abubakr Diallo – 15 février 2022

Jean-Yves Le Drian, diplomate français
Jean-Yves Le Drian

https://googleads.g.doubleclick.net/pagead/ads?gdpr=0&client=ca-pub-2639721125275668&output=html&h=60&slotname=6881267843&adk=1867253310&adf=2253901819&pi=t.ma~as.6881267843&w=468&lmt=1644930952&psa=0&format=468×60&url=https%3A%2F%2Fwww.afrik.com%2Fparis-accuse-bamako-d-entrave-a-l-action-de-la-force-barkhane&flash=0&fwrattr=true&wgl=1&adsid=ChEIgIG4kAYQ5Ny0jNen1fe9ARJMAOUEDjnOX9kWpGcualQaJ4Ms9bDztTwDkMkCCG_obijOqMEZd8xhz5nWJpZeAq1KMpawTTLtdiopeWJmE2UeH1dRKto0g5LUdk7UTA&dt=1645099437954&bpp=3&bdt=5320&idt=456&shv=r20220215&mjsv=m202202090102&ptt=9&saldr=aa&abxe=1&prev_fmts=728×90&correlator=5097043473942&frm=20&pv=1&ga_vid=842762793.1645099434&ga_sid=1645099439&ga_hid=338272724&ga_fc=1&u_tz=0&u_his=1&u_h=900&u_w=1440&u_ah=848&u_aw=1440&u_cd=24&u_sd=1&adx=300&ady=837&biw=1440&bih=812&scr_x=0&scr_y=557&eid=42531398%2C44750774%2C31064858%2C31063911%2C31062930&oid=2&pvsid=3430579772161401&pem=660&tmod=1576584956&nvt=1&ref=https%3A%2F%2Fwww.google.com%2F&eae=0&fc=896&brdim=0%2C0%2C0%2C0%2C1440%2C0%2C1440%2C900%2C1440%2C812&vis=1&rsz=%7C%7CoeE%7C&abl=CS&pfx=0&fu=1024&bc=31&ifi=2&uci=a!2&fsb=1&xpc=QlWNXrRAao&p=https%3A//www.afrik.com&dtd=605

Paris peine à déployer la force française Barkhane au Sahel, pour lutter efficacement contre le terrorisme dans cette région d’Afrique et accuse les autorités maliennes d’entrave à son action de sécurisation.

Les tensions entre Bamako et Paris ont contraint à une redéfinition de la coopération militaire française avec les différents pays de la région du Sahel. Si du côté du Burkina Faso et du Niger, les forces françaises déployées dans le cadre de l’opération Barkhane sont très actives et mènent des actions promptes permettant de lutter efficacement contre les djihadistes, tel n’est pas le cas au Mali, où la France a les mains liées.

Ce lundi 14 février, Jean-Yves Le Drian, ministre français des affaires étrangères, a indiqué que les conditions ne sont plus réunies pour que la France maintienne son action de coopération militaire au Mali. Surtout au moment où il est question d’effectuer un glissement vers la force Takuba, susceptible de remplacer progressivement Barkhane et qui implique la mobilisation de dizaines de pays européens, sur invitation de la France.

En attendant le déploiement de cette force Takuba, les autorités maliennes sont en train d’entraver aux capacités opérationnelles de la force Barkhane, selon les accusations faites par Jean-Yves Le Drian. « Si les conditions ne sont plus réunies, ce qui est manifestement le cas, pour qu’on puisse être en mesure d’agir au Mali, on continuera à combattre le terrorisme à côté, avec les pays du Sahel qui sont eux tout à fait demandeurs », a indiqué le chef de la diplomatie française.

Précisant que le président de la République française, Emmanuel Macron, « a souhaité qu’on se réorganise, mais on ne part pas », Jean-Yves Le Drian, qui a évoqué la présence au Mali d’un millier d’instructeurs russes de la société Wagner, accuse que c’est la junte malienne qui s’isole », mais « devra assumer la suite ». Le diplomate a toutefois insisté que la force française Barkhane « va se réorganiser pour assurer la poursuite du combat contre le terrorisme » dans le Sahel.

Share this...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter